Articles

RÉUNION PUBLIQUE du 23 avril 2018

RÉUNION PUBLIQUE

Lundi 23 avril à 19h30
La réunion portera sur le programme de transformation des pilotes des armées Indiennes et Qataries sur rafale. 
Espace Simone Villenave, 40 av du Las.

avions rafale france

 

Communiqué du Maire, Hervé Seyve, le 20 mars 2018

PROGRAMME DE TRANSFORMATION DES PILOTES DES ARMÉES INDIENNE ET QATARI SUR RAFALE
La France a signé ces dernières années 3 contrats « exports » de vente de Rafale, avion emblématique de la technologie développée par le Groupe Dassault. Ces contrats incluent la formation des pilotes et des personnels techniques de maintenance. Le Groupe Dassault Aviation a pris la décision de réaliser ces formations depuis la plateforme aéroportuaire de Bordeaux-Mérignac, zone sur laquelle se concentre une partie importante de son expertise et de ses moyens industriels.
On ne peut que se satisfaire que ces contrats aient été enfin conclus, pérennisant enfin le programme Rafale si important pour notre système de défense. Il convient également de rappeler l’impact sur l’économie locale et régionale de la construction de ces avions, en termes d’emploi notamment.
La Ville de Saint-Jean d’Illac a toujours soutenu le développement de la plate-forme aéroportuaire de Bordeaux-Mérignac, et les activités aéronautiques associées, ceci sous réserve cependant de la limitation des effets sur les territoires survolés et les populations qui y vivent.
Le programme de formation de ces pilotes aura donc un impact sur la zone autour de l’aéroport, mais les enjeux d’intérêt national de ces contrats peuvent justifier l’acceptation de la gêne occasionnée au niveau local pendant ces 15 mois de formation.
La question qui se pose est donc celle de la maîtrise de ces nuisances pour les populations des communes concernées. Bien sûr, notre commune se serait passée de cette situation mais à défaut de pouvoir délocaliser sur d’autres infrastructures aéroportuaires militaires ces formations des pilotes et des personnels techniques associés, nous resterons très vigilants sur les niveaux de bruit en exigeant la non utilisation de la procédure d’atterrissage dite du « break » et en demandant la limitation du recours à la post-combustion au décollage, ceci dans la limite de sécurité des vols.
C’est cette position qui a été tenue lors de la réunion de la Commission Consultative de l’Environnement de l’aéroport en novembre dernier lors de la première information sur ce dossier. C’est bien évidemment celle qui sera défendue lors de la réunion du 23/03 à la Préfecture au cours de laquelle les mesures détaillées pour limiter les nuisances seront présentées.
Je vous tiendrai informés de l’évolution de ce dossier et des mesures proposées pour limiter les impacts, sonores en particulier, et une nouvelle réunion publique sur la « thématique » de l’aéroport dans l’esprit de celle tenue en janvier 2017 sera organisée ; le dossier Rafale sera bien évidemment évoqué. Cette réunion sera programmée dans les semaines à venir.
Hervé SEYVE
Maire